Le blog des voyageurs à vélo

La Clacyclo, racontée par Manon

Manon a participé à la 1ère édition de la Clacyclo (organisée par Margaux et Arthur, le fondateur du blog). Elle nous raconte son voyage à vélo, sur la Véloscénie, entre Paris et le Mont-Saint-Michel.

Voyage en groupe. Mai 2019 – Niveau de difficulté : 3/5 – Pistes cyclables

Manon David vélo Clacyclo

Salut Manon ! Pourquoi avoir choisi de participer à la 1ère édition de la Clacyclo ?

La destination surprise et le fait que ce ne soit pas une course ont été les deux grosses motivations.

Je recherchais à faire des sorties vélo sans compétition, juste pour le plaisir, je suis tombée par hasard sur la page Facebook de la Clacyclo et j’ai tout de suite adhéré au concept. La destination surprise et le fait que ce ne soit pas une course ont été les deux grosses motivations.

Tu peux nous décrire ton parcours sur la Véloscénie ?

Départ de Paris mercredi 1er mai. Nous avons fait un stop dans une brasserie magnifique à Rambouillet. Arrivée à Chartres le premier soir. Très grosse première journée, 120km, on pouvait être fiers de nous !

Deuxième jour, stop pique-nique à Frazé sous le soleil, village très reposant (même avec 150 personnes !) puis nuit dans un gite à Saint Denis D’Authou. Deuxième journée beaucoup moins sportive, on a plus le temps d’apprécier les paysages, et surtout les champs de colza. Puis nous profitons d’un gîte collectif pour faire plus ample connaissance avec une partie du groupe.

Troisième jour, stop à Mortagne-au-Perche, après une bonne côte nous avons droit à un accueil très chaleureux de la part de l’office du tourisme, dégustation de la spécialité régionale : le boudin noir ! Et c’est reparti le long de la voie verte jusqu’à Alençon. Après-midi très plat, on profite d’un aménagement cyclable ombragé.

Quatrième jour, nous repartons pour le château de Carrouges. Matinée très difficile, les champs de colza c’est beau mais sous la pluie et avec le dénivelé… On est très heureux d’être accueillis comme des rois au château de Carrouges avec boissons chaudes et petit feu pour reprendre des forces ! L’après-midi sera moins difficile et nous irons dormir à Le Neufbourg dans un super gîte collectif.

Dernière journée, plus que 60km pour arriver à Genêts, que du plat, les paysages changent un peu car nous finissons sur la baie du Mont Saint Michel, on profite du bord de mer et de la vue sur le Mont pendant les derniers kilomètres et c’est l’arrivée !!!

Pas trop dur la sortie de Paris à vélo ? 

La sortie de Paris à vélo s’est très bien passée, chacun à son rythme nous avons suivi le début de la Véloscénie. Les aménagements sont confortables et très bien indiqués.

Comment as-tu préparé ce voyage à vélo ? 

Je me suis entrainée régulièrement en faisant au moins une sortie longue par semaine et une sortie de 2 jours dans le Vexin avec un petit groupe de Clacyclistes 15 jours avant le grand départ afin de tester le matériel.

Vélo pour Clacyclo

Quels sont les avantages de la Véloscénie pour un court voyage à vélo ?

La Véloscénie est un parcours très bien indiqué, relativement abordable pour des débutants. Il y a des portions difficiles mais si on prend le temps elles sont accessibles à tous.

Qu’as-tu pensé de la signalisation et des indications sur le parcours ?

Certaines portions manquent de signalisation donc on peut se tromper.. Mais avec les GPS ou un bon sens de l’orientation on se repère assez facilement, et c’est aussi l’occasion d’aborder les passants dans les villages en leur demandant notre chemin !

Niveau vélo, c’est dur la Véloscénie ?

450km demande un minimum de préparation physique et logistique, et surtout de bien connaître son matériel.

Comme beaucoup d’itinéraires, la difficulté dépend aussi du temps qu’on prend. En 5 jours, c’est assez sportif. Il y a eu des moments difficiles physiquement, une portion en particulier, d’Alençon à Carrouges, qu’on a malheureusement faite sous la pluie.

En dehors de cette portion, l’itinéraire est relativement plat et accessible. Il faut cependant s’entraîner, 450km demande un minimum de préparation physique et logistique, et surtout de bien connaître son matériel.

Quels ont été les 3 plus beaux endroits du voyage ?

  • Un ancien moulin, le deuxième jour, sur la route entre Chartres et Frazé.

Moulin Frazé Clacyclo

  • Le château de Carrouges. Malgré la pluie, on a pu apprécier ce très beau monument.
  • Sur les derniers kilomètres, avec vue sur le Mont Saint Michel en arrière plan, des moutons en liberté dans les champs, très agréable fin de parcours…

Niveau logement et nourriture, comment faisais-tu ?

Je suis partie avec un peu de nourriture pour les premiers jours. Mais la logistique de la Clacyclo était tellement parfaite qu’on avait la possibilité d’acheter ou commander les repas sur place, on trouve également très facilement des petits commerces dans les villes traversées par la Véloscénie.

C’est l’occasion de faire une pause, boire un café dans un PMU et discuter avec les habitants toujours intéressés par notre aventure. Finalement, pas besoin de partir très chargé en nourriture. Des fruits secs, des choses légères (pâtes, riz, purée mousseline..) et le reste on achète sur place !

Pour ce qui est du logement, j’avais pris la formule avec hébergement et c’était parfait. Tous les hébergements étaient propres et confortables, rien à redire. Il semblerait que trouver des hébergements au jour le jour n’ait pas été si difficile mais c’est vrai que c’était confortable et très convivial de profiter de la formule avec hébergement, que ce soit en gîtes collectifs ou en AirBnb, on a toujours été parfaitement reçus.

Quel budget pour ces 5 jours à vélo sur la Véloscénie ?

Je n’ai pas vraiment fait mes comptes mais la formule avec hébergement et retour en bus étant à 200€, je pense que le budget total a été autour de 270€. Une fois sorti de Paris, un café ou une bière en terrasse deviennent tout à coup très abordables, la nourriture dans les superettes également !

Quel est ton plus beau souvenir de ce périple à vélo ?

Le checkpoint n°1 : la brasserie La Barge sans hésiter ! C’était le premier jour, la fin de matinée fut difficile avec une très grosse montée… Et surprise, nous arrivons dans un lieu magnifique où nous sommes accueillis sous le soleil avec musique et pique nique offert par l’organisation.

En plus de nous offrir une dégustation de leur production, les responsables de La Barge nous ont fait découvrir avec beaucoup de simplicité leurs locaux et les différentes étapes de la fabrication. Difficile de quitter ce lieu si agréable et apaisant…

On est tous très heureux de retrouver et apprécier à nouveau La Barge en pression dans les bars parisiens !

Un ou des moments galères (soucis mécaniques, physiques, météo, etc.) ?

Samedi matin, quatrième jour, portion Alençon-Carrouges sous la pluie. On a froid, on commence a être fatigués, il y a beaucoup de dénivelé et on sait que c’est une grosse journée (autour de 110km). Le moral des troupes flanche un petit peu à certains moments… Mais l’esprit d’équipe prend le dessus, on met de la musique, fait des pauses pour reprendre de l’énergie et on avance parce que ça vaut le coup, les paysages sont magnifiques.

Voyage à vélo groupe Clacyclo

Ton prochain voyage à vélo, c’est pour quand ?

Je pars faire un week-end à vélo la semaine prochaine mais j’espère aussi faire un vrai voyage à vélo cet été.

Un dernier mot pour convaincre les lecteurs du blog de voyager à vélo ?

Voyager à vélo c’est se dépayser sans aller très loin, apprécier des choses simples…

Comme a très justement dit une des bénévoles, « Quand on part à vélo, on est en vacances dès le moment où on a fermé la porte de son appartement ». Voyager à vélo c’est se dépayser sans aller très loin, découvrir des paysages qu’on ne découvrirait pas forcément à pied, apprécier des choses simples comme une bière à la terrasse d’un PMU.

Bar pmu vélo

C’est aussi rencontrer du monde, le voyageur à vélo n’est jamais seul, toutes les personnes qu’on a croisées nous ont demandé des renseignements sur notre périple, nous ont raconté leur propres expériences à vélo ou simplement raconté l’histoire de leur région…

On rencontre également de nombreux cyclistes, toujours prêts à donner un coup de main en cas de crevaison !

Voyager à vélo est aussi accessible à tous, et à bas prix. Même les moins sportifs peuvent le faire, l’important n’est pas de faire un maximum de kilomètres mais de prendre du bon temps et visiter des régions inconnues. Pour ma part, c’est aussi l’occasion de visiter la France que je connais finalement très peu.


Si l’idée d’une aventure de quelques jours à vélo vous tente, allez faire un tour sur le site la Clacyclo. Départ : Paris, arrivée : inconnue ! Deuxième édition prévue courant 2020 ;)

Ce que vous pouvez faire pour soutenir notre projet de promotion du cyclotourisme :

Allez hop, on s’inscrit à la newsletter des voyageurs à vélo

Plus d'articles sur le voyage à vélo :)

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>