Le blog des voyageurs à vélo

Maya et Alyssa à vélo de Lima à San Pedro de Atacama

Nous voici à San Pedro de Atacama, premier village au Chili après la traversée du Salar et du Sud Lipez.

frontière bolivie chili

 

Notre binôme :
  • Maya, 23 ans, habituée des voyages, a terminé son master en éducation physique et a commencé une première année en kiné avant son départ.
  • Alyssa, 23 ans, triathlète, sportive confirmée mais aventurière débutante, 130km en vélo par jour pour entretenir sa forme physique, terminait son bachelier en sociologie et anthropologie.

Maya et Alissa voyage vélo Amérique du sud

Deux personnalités différentes mais bien complémentaires.

 

Itinéraire :

Nous avons commencé notre voyage à Lima. Nous avons quitté la ville en bus direction Ayacucho, histoire d’éviter la terrible circulation de la capitale péruvienne.

Nos journées débutent en même temps que le levée du soleil, vers 5h30 au Perou et 6h en Bolivie et la journée de vélo s’arrête vers 16h, le temps de trouver un endroit où dormir et de cuisiner avant la tombée de la nuit.

  • Ayacucho – Cusco : 562 km très vallonnés avec en moyenne 40 km de montées suivies de 40 km de descentes par jour.
    Durant cette première partie nous nous sommes accordées un peu de répit à velo et avons effectué un trek de 9 jours reliant le site arquéologique du Choquequirao et l’incontournable Macchu Picchu.
  • Cusco – Puno : Après Cusco, nous avons rejoint Puno (387 km) en 3 jours. Nous avons enfin pu rouler sur du plat, du pur bonheur ! Nous avons donc pu augmenter les distances : entre 120 et 150 km par jour.
  • Puno – La Paz : Après Puno, nous avons pris la direction de la Bolivie, 261 km direction La Paz. Nous sommes passées par Desaguadero, beaucoup moins désagréable que ce que nous avons pu lire sur des forums et des guides touristiques.

route bolivienne montée

  • La Paz – Oruro via Sajama : Après quelques jours de repos à La Paz, où nous avons effectué l’ascension du Huayna Potosi, nous nous sommes rendues à Oruro (534 km) en passant par le parc national du Sajama, qui nous a offert une des plus belles routes goudronnées du périple.
  • Oruro – Cochabamba & Torotoro (en bus) : Une fois de plus, nous avons laissé nos vélos à Oruro afin de nous rendre à Cochabamba et le parc national du Torotoro et y effectuer quelques randonnées impressionnantes !
  • Cochabamba – San Pedro de Atacama via Salar d’Uyuni & Sud Lipez : La partie la plus difficile du voyage : rejoindre le Chili par l’incroyable Salar d’Uyuni et le Sud Lipez. Nous avons décidé de ne pas prendre la route d’Uyuni mais d’emprunter une route secondaire (Copacabanita, Andamarca, San Martin, Tahua) qui est un peu plus courte et sans trafic mais qui est, en contrepartie, constituée de sable – imaginez donc la route à vélo ! Le dernier village avant une semaine d’autonomie fut San Juan, où nous avons fait le plein de vivresLe passage du Salar fut beaucoup plus facile que ce à quoi on s’attendait, les routes sont bien dessinées par le passage des Jeep, et il est facile d’y rouler. Nous avons effectué la traversée de 82 km en une journée. La partie du Sud Lipez qui a suivi fut un petit peu moins rigolote avec des chemins de sable nous empêchant de rouler à pleine allure. Heureusement, nous n’avons pas rencontré de problème niveau alimentation / eau ou de soucis d’orientation. Par contre, le climat est très changeant : il fait extrêmement chaud la journée, et glacial la nuit (nos bouteilles d’eau étaient gelées le matin). Pour cette partie, nous avions prévu 17 jours, mais il nous a fallu que 12 jours. Il est important de noter qu’en cas de problème, il est toujours possible de compter sur les Jeep de touristes qui ne nous ont jamais refusé une bouteille d’eau ou encore quelques biscuits.
Salar d'Uyuni à vélo
Salar d'Uyuni traversée vélo
Logement :

Dès que nous arrivons dans un village, nous rendons directement au poste de santé (il y en a dans chaque village même les plus petits) ou au commissariat lorsqu’il y en a un. Nous avons rarement mis plus d’une demi-heure pour trouver un endroit où planter notre tente, un point d’eau et dans certains cas, quatre murscomme des salles de village ou école. L’accueil des péruviens et des boliviens est assez similaire, toujours très accueillants et bienveillants, venant à notre rencontre et tous très intéressés par notre projet.

Logement voyage vélo Amérique du sud

Sécurité :

Nous sommes parties avec un peu d’appréhension. C’est vrai que nous sommes deux filles, qui plus est à vélo. L’Amérique du sud est composée de pays encore assez machistes mais, touchons du bois, nous n’avons encore rencontré aucun ennui ! Au contraire, la population est toujours bienveillante à notre égard. 

 

Circulation :

Nous n’avons pas eu de soucis avec nos vélos, directement emportés de Bruxelles, en soute. Et au niveau de la circulation, les automobilistes sont très respectueux : ils n’hésitent pas à klaxonner pour nous prévenir de leur arrivée et se déportent sur la bande de côté pour ne pas nous coller.

 

Matériel :

Nous avons donc opté pour des vélos types trekking, acier pour Alyssa et aluminium pour Maya, avec des roues de 700×35. Nous avions pris un minimum de matériel en cas de crevaison, et nous avons pu facilement recharger nos stocks une fois arrivées sur place. A vrai dire, les crevaisons furent moins nombreuses que attendues, les routes étant en bon état la plupart du temps. Seul petit détail pour ceux qui voudraient s’y rendre à vélo : au Perou et en Bolivie, seules les pipettes de type Schrader existent (il faut donc prévoir le coup).

Vélo Alyssa voyage vélo Amérique du sud

Les routes sont donc toutes dans un état presque irréprochables sauf le Sud Lipez : nos vélos ont considérablement souffert dans le sable, les vis de porte bagage qui sautent et une manette de dérailleur qui a rendu l’âme mais heureusement tout peut se trouver au Chili !

 

Alimentation :

Nous avons opté pour un réchaud à essence, moins écologique que le gaz mais beaucoup plus facile à trouver en Amérique du Sud et bien meilleur marché.

 

Equipement :

Nous avons privilégié la légèreté avec une tente MSR Hubba Hubba de 2 personnes. Nous avons également emporté des sacss de couchage en duvet confort -5° et des matelas Thermarest Neoair (très légers, très confortables et avec une bonne isolation).

Tente MSR Hubba Hubba Amérique du sud

Nous pensions voyager avec beaucoup de matériel mais à la vue d’autres cyclistes, nous nous sommes rendues compte que nous voyageons assez light, seulement deux sacoches Ortlieb Classic à l’arrière, un sac de randonnée déposé sur le porte bagage ainsi qu’une petite sacoche Ortlieb à l’avant pour les indispensables comme la crème solaire, les sous, etc.

 

Expérience :

C’est notre premier vrai grand voyage en vélo. Nous avions déjà fait Bruxelles – Amsterdam afin de tester notre matériel et notre endurance. C’est une étape qui s’est révélée constructive : l’un de nos vélos n’était pas adapté à ce type de voyage, il nous fallait d’avantages de sacoches, du matériel plus léger et nous avions déjà un petit peu mal aux jambes. Point essentiel : nous sommes toutes les deux cyclistes de base, ce qui a rendu ce périple envisageable car nous avons tout de même une bonne expérience pour les réparations ou encore dans la gestion de l’effort.

 

Choix de la destination :

Choisir la destination fut très rapide : l’Amérique du Sud offre un climat clément, des paysages à couper le souffle, des dénivelés impressionnants (nous sommes montées jusqu’au 4900m d’altitude en vélo et 6900m à pied) et des prix très intéressants.

Paysages sud Lipez Amérique du sud voyage Maya Alyssa

Nous avions également reçu de très bons feedback sur des amis ayant déjà voyagé dans ces pays, et cela nous a clairement rassurées.  

Pour tout vous dire, en décembre 2016, on parlait pour la première fois d’aventures en Amérique du Sud et 2 semaines plus tard on prenait nos billets d’avion, sans plus aucune possibilité de faire marche arrière.

 

Budget :

Nous avons toutes les deux travaillé durant nos études afin de financer le voyage, Alyssa vendeuse et réparatrice de vélo et Maya animatrice à l’Adeps. Et étonnement, le coût du voyage est beaucoup moins élevé qu’attendu, nous avons réservé nos billets d’avion aller-retour pour 500€ et la vie sur place est vraiment bon marché. Le fait d’être dans des petits villages, plutôt que dans de grandes métropoles limite nos dépenses : nous pouvons y trouver des aliments de base pour une bouchée de pain. Pour vous donner une idée, nous dépensions 10€ / jour en comptant les activités touristiques et les extras (de temps en temps une petite pizza ou une petite glace, ça fait plaisir !)

Budget voyage Bolivie Pérou

 

Notre plus beau souvenir :

Il est difficile de ne mentionner qu’un seul souvenir car chaque jour, chaque partie du voyage offre son lot d’expérience, la plupart du temps inattendues.

Lamas sur la route voyage vélo Pérou

Juste parfois le fait de pouvoir déjeuner au bord d’un lac, de voir des paysages magnifiques, de dormir dans la tente au sommet d’une montagne, isolées de toute population, et aussi le fait de pouvoir juste retrouver des plaisirs simples comme une belle route en macadam, un petit déjeuner composé d’autre chose que de l’avoine, une douche chaude ou des toilettes…

 


Galères :

Aussi étonnant que cela puisse paraître, en plus de deux mois de voyage, nous n’avons connu pratiquement aucune galère si ce n’est que quelque jours de maladie (ce qui n’est rien comparé à d’autres voyageurs) ou le fait de devoir pousser son vélo dans le sable pendant 10 km. On en bave sur le moment mais on en rigole toujours bien quelques heures après !

 

Nos aventures :

Nous essayons, dès que possible, d’alimenter notre page Instagram et notre page Facebook. Nous sommes en train de créer un blog car nous voulons montrer aux gens sportifs, ou non, qu’un autre mode de voyage est possible. Fini le « all inclusive », bonjour les échanges et les rencontres. Un petit sac sur le dos, un petit peu d’argent en poche, et c’est parti pour les plus belles découvertes (culturelles ou naturelles) : nous voulons y mettre toutes nos bonnes astuces au niveau du matériel, des itinéraires, des randonnées, etc…

Plus d'articles sur le voyage à vélo :)

2 Commentaires

  1. Melodie Melodie
    4 juillet 2018    

    Je n’ai jamais pensé à voyager avec mon vélo, je trouve ça assez contraignant en fait. En tout cas, je vous respecte pour votre aventure, vous avez beaucoup de courage !

    • Arthur Catani Arthur Catani
      4 juillet 2018    

      Tu devrais essayer Mélodie ! Une fois qu’on y a goûté on ne peut plus s’arrêter :)

      A bientôt,
      Arthur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>