Le blog des voyageurs à vélo

La Véloscénie de Paris au Mont-Saint-Michel, avec la Clacyclo

Lucie et Thomas ont participé à la 1ère édition de la Clacyclo (organisée par Margaux et Arthur, le fondateur du blog). Ils nous racontent leur voyage, sur la Véloscénie, entre Paris et le Mont-Saint-Michel.

Voyage en groupe. Mai 2019 – Niveau de difficulté : 3/5 – Pistes cyclables

Départ de la Clacyclo Paris

 

Salut Lucie ! Pourquoi avoir choisi de participer à la 1ère édition de la Clacyclo ?

On s’est dit que ça serait le parfait événement pour tester l’ensemble de notre équipement.

Nous avons pour projet avec Thomas de partir voyager une année en tandem semi couché. Au moment où nous avons vu naître le projet de la Clacyclo nous étions justement en train de s’équiper pour notre voyage. On s’est dit que ça serait le parfait événement pour tester l’ensemble de notre équipement.

Nous avons tant aimé découvrir la France, son patrimoine et son terroir en vélo que nous avions envie de repartir sur les routes françaises.

Par ailleurs nous qui aimons tant les surprises, nous avons directement été séduits par l’idée de ne pas savoir où nous allions. L’été dernier nous avions roulé sur la Vélodyssée et le canal d’entre 2 mers et nous avons tant aimé découvrir la France, son patrimoine et son terroir en vélo que nous avions envie de repartir sur les routes françaises. Par ailleurs cet événement était également pour nous l’occasion de rencontrer d’autres voyageurs à vélo et d’obtenir de précieux conseils.

 

Tu peux nous décrire votre parcours sur la Véloscénie ?

1er jour – Le grand départ

Départ de Clichy pour aller jusqu’à la ligne de départ de La Clacyclo aux Invalides. Montparnasse, voie verte…. Et c’est parti pour l’ouest de Paris. On commence déjà à pronostiquer des destinations finales (NDLR : la Clacyclo est une aventure à vélo dont la destination reste secrète) !

Après quelques détours et une bonne montée en vallée de Chevreuse pour se faire les jambes, on arrive au premier checkpoint un peu en retard. Quelle bonne surprise de découvrir une brasserie (La Barge) et de boire une petite bière avant de repartir pour une belle après-midi de route.

On quitte l’itinéraire officiel de la Véloscénie en prenant quelques raccourcis à travers forêts. Arrivée en fin de journée au camping de Chartres.

112km au compteur, nous n’avons plus la force d’aller voir la ville. Un bon repas, une douche et dodo !

 

2ème jour – Cette route est un leurre (l’Eure)

Réveil matinal pour continuer notre route sur la V40, destination du jour : Nogent-le-Rotrou. Des petites routes très agréables qui traversent des jolis villages au milieu des champs de colza. Le soleil est de la partie !

Nous traversons le seul village de France à porter un nom imaginaire : Illiers Combray (inspiré de Marcel Proust). Le checkpoint se fera à côté du château de Frazé, un endroit très agréable où nous déjeunons des bons produits locaux.

Checkpoint de la Clacyclo

Nous passerons la nuit au camping de Brunelle. Pour arriver à ce camping nous avons coupé à travers les champs de colza, de très belles images de fin de journée. Le dîner en salle commune avec quelques Clacyclistes et cyclotouristes de la Véloscénie nous permet d’échanger sur les aventures des uns et des autres à travers les routes de France et de Navarre.

70km pour cette belle journée.

 

3ème jour – Tiens, voilà du boudin

Destination du jour : Ecouves. Le camping a la capacité d’accueillir tous les baroudeurs de la Clacyclo. En chemin le checkpoint s’annonce fort appétissant : Mortagne-au-Perche dont la spécialité est le boudin noir.

Mais le boudin noir ça se mérite ! Pour arriver au sommet de cette ville une côte nous attend… Sûrement une des plus grosses difficultés de la journée. Après un bon sandwich au boudin et un petit cidre très rafraichissant, on repart pour Ecouves par la voie verte. C’est très roulant et agréable. Suivi d’une belle soirée d’échange à Ecouves entre personnes passionnées de vélo.

Le lendemain est annoncé comme la plus grosse journée du voyage.

82km au compteur.

 

4ème jour – C’est le quinté !

Départ matinal pour arriver à l’heure au checkpoint. On sort du tracée de la Véloscénie car les routes forestières nous paraissent plus courtes… Décision non judicieuse : chemins dénivelés pleins de pierres, de boue et détours qui rendent finalement le trajet beaucoup plus long que prévu. La pluie et la grêle sont de la partie. Nous sommes gelés et trempés !

Heureusement le PMU, ses chocolats chauds et la salle du château de Carrouge nous apporteront un peu de chaleur. L’accueil des bénévoles est toujours aussi chaleureux et c’est tout le groupe qui se remotive autour du poêle à bois.

Pour un mois de mai, les températures sont glaciales, on passera donc la nuit avec des Clacyclistes rencontrés le midi qui nous proposent de dormir avec eux sous une yourte et au chaud.

67km au compteur.

 

5ème jour – Last but not least

Nous avons fait le choix de faire une petite étape la veille à cause du temps. Il nous reste donc une très grande étape pour rejoindre Gênets. Cette partie est composée essentiellement de chemins très roulants malheureusement nous la ferons principalement face au vent.

92 km et une superbe arrivée face au Mont Saint Michel. On finira par tracer notre route, passer la pause déjeuner pour espérer passer la ligne d’arrivée dans les temps. Just in time, c’est à 14h27 qu’on passe la ligne d’arrivée avec fierté !

Clacyclo voyage à vélo

On totalise la distance parcourue pendant l’aventure : 423 kilomètres ! Auquel on pourra ajouter les 25km pour aller prendre notre train de retour à Granville et les 11km dans Paris !

Un grand merci à l’équipe de la Clacyclo pour cette première édition super bien organisée. On a vraiment pris du plaisir dans tous les moments de cette « course » même dans les difficultés que nous avons traversées. Mojo (notre tandem) est très fier d’avoir eu un lot qui le différencie des autres vélos.

Pas trop dur la sortie de Paris à vélo ?

La sortie de Paris en vélo n’a pas été difficile. Nous sommes habitués à rouler en ville donc aucun souci à ce niveau. En revanche c’est un peu long car on met du temps à sortir de la zone urbaine et le fléchage n’était pas en continu à cause de travaux (et probablement notre manque d’attention) donc nous avons fait quelques grands détours.

Le concept de la ligne de départ dans Paris est super chouette.

Comment avez-vous préparé ce voyage à vélo ?

Nous n’avons pas vraiment pris le temps de faire de grands entraînements avant ce voyage. Nous utilisons le vélo au quotidien dans nos déplacements en ville. Nous sommes quand même allés tester la distance et le matériel pendant une sortie de 80km en Normandie le long des boucles de la Seine aux alentours de Rouen.

 

Quels sont les avantages de la Véloscénie pour un court voyage à vélo ?

La récompense finale avec le Mont Saint Michel est à la hauteur des 450km parcourus.

Quand on habite à Paris, il est agréable de pouvoir partir directement à vélo. Le trajet n’a pas de grosses difficultés donc il est possible de le faire en famille et avec des personnes n’étant pas habituées à faire du vélo.

Les paysages changent, il y a des villes à traverser, des villages, des points d’intérêt. On peut donc prévoir ce voyage en prenant son temps pour découvrir le patrimoine.

Vélo France Normandie

La récompense finale avec le Mont Saint Michel est à la hauteur des 450km parcourus. C’est facile de prendre un train à l’arrivée pour revenir à Paris en 3 heures.

 

Qu’avez-vous pensé de la signalisation et des indications sur le parcours ?

La signalisation était globalement bonne. Nous avons eu des soucis en sortant de Paris et il est arrivé que quelques panneaux ne soient pas au bon endroit mais globalement c’était clair.

La plus grosse difficulté que nous avons rencontrée sur le parcours est sur la dernière étape (entre Domfront et le Mont Saint Michel) : il y a des chicanes à intervalle très (trop) réguliers et parfois sans raison : pas de route ni de chemin qui coupe la V40. Ces barrières sont vraiment difficiles à passer avec un tandem. Et même avec des vélos on doit non-stop freiner.

Niveau vélo, c’est dur la Véloscénie ?

En prenant son temps {la Véloscénie} est accessible à tout le monde.

C’est un parcours adapté à tous les niveaux. Il y a quelques difficultés mais en prenant son temps c’est accessible à tout le monde.

 

Quels ont été les 3 plus beaux endroits du voyage ?

  • Les routes et chemin au milieu des champs de Colza ;
  • Le chemin qui suit la côte en face du Mont Saint Michel ;
  • Le patrimoine : Frazé, Carrouges, Domfront.

Voyager à vélo dans l'Eure

Niveau logement et nourriture, comment faisiez-vous ?

Pour le logement nous avions de quoi camper avec du bon matériel pouvant aller jusqu’à 0 degré. Nous ne l’avons pas regretté vu les températures de ce mois de mai !

Pour la nourriture, on avait acheté des produits secs en vrac avant de partir : fruits, pâtes, semoule et lentilles. Le midi nous achetions des bons produits du terroir et le soir nous avions les restes que l’on agrémentait avec ce que nous avions amené.

 

Quel budget pour ces 5 jours à vélo sur la Véloscénie ?

Ça nous a coûté 154€ par personne pour 6 jours avec la nourriture, les campings, la yourte et le train du retour.

 

Quel est votre plus beau souvenir de ce périple à vélo ?

Nous avons roulé tous les jours avec de nouveaux compagnons avec à chaque fois de belles rencontres.

Le partage, l’échange avec tous les compagnons de route et de soirées. Nous avons roulé tous les jours avec de nouveaux compagnons avec à chaque fois de belles rencontres. Un petit groupe s’est progressivement formé avec deux éléments communs : des heures de levée plutôt tardives et une allure lente qui permet de profiter du paysage ;)

Un ou des moments galères ?

Nous n’avons eu aucun souci mécanique ! Ou presque… Nous n’avions plus la possibilité de passer le petit plateau ce qui nous a un peu limité dans les côtes. Au niveau physique nous avons plutôt tenu bon. Quelques petites douleurs dans les tendons, les poignets et les genoux mais rien de bien méchant.

Lucie et Thomas lutopi

La plus grosse difficulté a été un mélange entre dénivelé, mauvais chemin et pluie/grêle entre Ecouves et le château de Carrouges. En plus d’avoir pris la mauvaise route, d’avoir pris un chemin inroulable à travers forêt, nous nous sommes retrouvés sur une route très vallonnée sous une pluie /grêle très froide.

J’ai enfilé l’ensemble de mes couches et malgré ça je tremblais. Nous avons fait une très grande descente à ce moment-là qui s’est transformée en mon pire souvenir. Je ne sentais plus mes mains et j’avais des vertiges tellement j’avais froid.

 

Votre prochain voyage à vélo, c’est pour quand ?

Pour août et pour un an ! Jusqu’à notre grand départ ça sera repos, on va surtout se concentrer sur la partie technique de notre tandem : le monter et le démonter. Faire les quelques réparations nécessaires avant le grand départ. Vous pourrez d’ailleurs suivre nos aventures sur les réseaux : le site internet, la page Facebook et le compte Instagram

logo lutopi voyage vélo

 

Un dernier mot pour convaincre les lecteurs du blog de voyager à vélo ?  

Le voyage à vélo c’est un virus, que l’on vous conseille d’attraper ! On a d’ailleurs contaminé notre amie Agathe pendant La Clacyclo qui ne parle plus que de repartir en vélo cet été.

Arrivée à Genêts fin de la Clacyclo

 


 

Et si l’idée d’une aventure de quelques jours à vélo vous tente, allez faire un tour sur le site la Clacyclo. Départ : Paris, arrivée : inconnue ! Deuxième édition prévue courant 2020 ;)

Ce que vous pouvez faire pour soutenir notre projet de promotion du cyclotourisme :

Allez hop, on s’inscrit à la newsletter des voyageurs à vélo

Plus d'articles sur le voyage à vélo :)

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>